Articles

Affichage des articles du avril, 2019

L'estrange malaventure de Mirella

Image
Oyez, oyez, bonnes gens de France, voici un livre tout à fait moderne en costume d’époque, en l’occurrence la médiévale, qui conte dans une langue de jadis l’étonnante histoire de Mirella, une fillette presque jeune femme qui n’eut pas froid aux yeux face aux hommes, aux rats, à la peste et à la Mort en personne.

Vous connaissez sans doute l’histoire du joueur de flûte d’Hamelin, vieille légende d’un attrapeur de rats dont les frères Grimm firent un de leurs plus célèbres contes. Je vous ai d’ailleurs présenté il y a presque un an l’adaptation qu’en réalisa Clémentine Beauvais avec son album Ameline, joueuse de flûte, illustré par Antoine Desprez.

Cette fois, Flore Vesco entend bien toiletter complètement cette légende et raconter à sa manière la véritable histoire aussi tragique mais beaucoup plus guillerette des enfants d’Hamelin. 

Quoique fort moyenâgeuse, la ville d'Hamelin, dont le bourgmestre n’a pas inventé l’eau chaude, s’est dotée de l’eau courante. Dès leur plus jeune âge e…

Dix battements de cœur

Image
Deux enfants dans le Blitz. 
Quand on entame la lecture d’un roman qui s’apprête à traverser la Seconde guerre mondiale, on évalue plus ou moins consciemment la probabilité que ses principaux protagonistes ont de lui survivre. Qui sera encore là au dernier mot du livre ? 
Dans le cas de Dix battements de cœur, le roman de N. M. Zimmermann paru en février dernier à l’école des loisirs, la question se pose d’emblée avec les deux enfants qui ouvrent le récit. Isabella White est la fille d’un riche avocat londonien. Andrew Chapel est le fils de l’associé de son père. Du plus loin que se souvienne Isabella, Andrew a toujours été à ses côtés, en compagnon de jeu mais aussi, plus étrangement, en serviteur dévoué de tous ses instants. Et cela a toujours paru naturel à Isabella, comme il était naturel que Mr Chapel fût le dévoué associé de Mr White. Un pacte très ancien de plusieurs siècles lie une famille à l’autre. La logique même – cruelle, de classe, de destin – voudrait qu’Isabella survécût…

Snap killer

Image
Après un premier roman policier, Stabat murder, où Sylvie Allouche nous avait présenté une jeune commissaire, Clara Di Lazio et son équipe, l’autrice remet en selle ses personnages. Il s'agit cette fois du meurtre d'un adolescent, mis en scène d'une façon particulièrement macabre, dans la cour de son lycée. C'est le gardien qui a découvert son corps le dimanche matin en sortant faire pisser son chien…
Potentiellement, il y a donc un millier de coupables, entre les 980 lycéens, les enseignants, le personnel administratif. L’enquête ne s'annonce pas simple, au pays des multiples embrouilles adolescentes.
Le roman d’ailleurs prend une sorte de faux départ, six mois plus tôt, avec l'histoire aussi courte que dramatique d'une jeune fille, Garance, victime de cyber-harcèlement et qui se suicide dès la page 33. Affaire non élucidée à l’époque.
Le lecteur, informé de cet élément, a une longueur d'avance sur la commissaire et va donc attendre patiemment que celle-c…