Articles

Portrait au couteau

Image
" Comme un envol d'oiseaux dans le ciel "... La jeune fille à la carnation opaline qui pose nue pour l'atelier Kolodine porte une curieuse cicatrice sous le sein gauche, cinq "v" qu'on croirait dessinés par une main d'enfant. Travaillant côte à côte, Antonin et Elisabeth s'interrogent en chuchotant sur cette étrange particularité de leur modèle, qui a sensiblement leur âge. Quand Antonin visite le musée d'Orsay quelque temps plus tard, il ne s'attend pas à retrouver le modèle de l'atelier en face d'un tableau peint en 1910 par un certain Odilon Voret. Le titre du tableau : Le coeur déchiré . Mais ce qui arrête le regard d'Antonin, c'est que la jeune femme représentée, jetée au sol, porte un couteau fiché dans son corsage blanc, à côté des mêmes quatre cicatrices superposées que le modèle semble contempler tout aussi fasciné. Poussé par la curiosité, Antonin aborde la jeune femme  qui le reconnaît comme un des élèves dissip

Yzé

Image
  L'injuste grâce de la danse Parmi tous les « enfants de papier » de l’autrice Anne-Marie Pol, Nina est sans doute la plus connue. Nina c’est l’héroïne d’une série intitulée Danse ! publiée chez Pocket Jeunesse dans les années 2000 en une quarantaine de volumes et rééditée depuis. Anne-Marie Pol a eu l’occasion de s’expliquer sur l’origine de cette série née d’un rêve brisé . Nina est la danseuse que l’autrice n’a pas pu devenir pour des raisons accidentelles. C’est la revanche sur la vie d’Anne-Marie Pol que la passion de la danse n’a pas quittée pour autant.  Elle vient d’ailleurs de nous offrir un nouveau personnage de danseuse, avec Yzé, une jeune Martiniquaise qui réussit à 17 ans  un concours local et gagne le prix « Étoile des Îles ». Cette récompense lui vaut de partir en stage à Paris, dans une académie de danse, soutenue par sa professeur de danse et sa mère, qui l’a élevée seule. Mais poursuivie par l’envie et la jalousie de Cyril son amoureux, un fils à papa assez ins

Nous, les enfants de l'archipel

Image
Faut-il présenter Astrid Lindgren ? Née en 1907, elle est sans doute l'autrice suédoise pour enfants la plus internationalement connue et reconnue. Sa jeune héroïne Pippi Långstrump, littéralement Pippi-longues-chaussettes, nous est parvenue en France sous le nom de Fifi Brindacier. Astrid Lindgren avait inventé les histoires de Pippi Långstrump en 1941 pour sa fille qui était malade et alitée. Les aventures de la jeune héroïne, parues en France en deux tomes dans la Bibliothèque rose avaient malheureusement été édulcorées voire censurées par sa traductrice française. Ce n’est qu’en 1995 que la maison Hachette, en partie sous la pression de l’autrice elle-même, a publié une nouvelle traduction plus fidèle au personnage original.  Nous, les enfants de l’archipel n’a pas subi le même traitement. À vrai dire, il s’agit de la novellisation par Astrid Lindgren d’une série télévisée suédoise dont elle avait écrit elle-même le scénario, en treize épisodes de 25 minutes. L’école des loisi

À l'hôtel du Pourquoi-Pas ?

Image
  Voilà. Il n'y aura pas d'autre livre publié sous cette double signature, « Marie-Aude et Lorris Murail ». À l'hôtel du Pourquoi-Pas ?  clôt une aventure éditoriale  de 18 mois, sans doute unique dans les annales de la littérature jeunesse et qui aura abouti à ce qu'on nommera désormais la « trilogie Angie », du prénom de sa jeune héroïne, Angie Tourniquet. Des circonstances exceptionnelles   Lorsqu'en mars 2020, Marie-Aude revoit son frère Lorris à Bordeaux, celui-ci est déjà atteint par la maladie de Charcot depuis plusieurs mois. Il confie à sa sœur : « je n'écris plus, je me sens devenir invisible ». D'ailleurs, il a sur son disque dur un manuscrit achevé intitulé Capitaine invisible.  Ils écoutent ensemble la déclaration de guerre au Covid du président Macron et l'annonce du confinement. Dans la voiture qui la ramène chez elle, Marie-Aude appelle son frère et lui propose d'écrire à deux, comme ils l'ont déjà fait dans le passé. Dès lors va

Possession

Image
Emportée par les Kinra Girls , sa série à succès publiée chez PlayBac, Moka était-elle sur le point d’oublier qu’elle avait excellé naguère dans les romans qui font peur comme Cela , L'enfant des ombres , La marque du diable , où elle cultivait des ambiances fantastiques et angoissantes ? Eh bien, je peux vous rassurer, elle a retrouvé la mémoire et nous donne avec Possession de quoi troubler à nouveau nos nuits et peupler nos cauchemars, en revisitant le thème de la maison maléfique. Quand le roman commence, Malo, son jeune héros malgré lui, est raccompagné dans sa famille par sa mamie. On apprend qu’il vient de passer deux mois à dormir dans une maison de repos et on se demande d’emblée quel traumatisme a-t-il subi qui a justifié ce traitement. Avant de quitter la voiture, sa grand-mère lui fait comprendre à mots couverts qu’il ne devra plus parler chez lui de Lutèce, la sœur jumelle de Clélia. Ils étaient cinq, ils ne sont plus que quatre et tout le livre va tourner autour des

Terre promise

Image
       En 2019, Marion Brunet nous avait donné Sans foi ni loi , un western qui invitait le genre en littérature jeunesse chez l’éditeur Pocket Jeunesse. En 2021, c’est Philippe Arnaud qui s’attaque à l’Amérique des années 1870, celle qui n’est pas encore tout à fait remise de ce que nous nommons la guerre de Sécession et que les Américains appellent la Civil war, la guerre civile. Philippe Arnaud, nous le connaissons. En 2019, il avait publié La proie , un récit d’esclavage moderne entre Cameroun et France. Cette fois, avec son nouveau roman Terre promise , paru chez Sarbacane, il nous dépayse au Kansas, dans un trou paumé et bien mal-nommé, New Hope, « nouvel espoir ». Quand Jim Lockheart y débarque sur son cheval Stormy, il se fait désarmer d’entrée de jeu par le shérif du lieu, auquel – c’est la règle locale - tous les visiteurs doivent confier leur arme, le temps de leur visite. Jim y consent bon gré mal gré, sauf qu’il s’aperçoit que celui qui vient de le désarmer est … une femm

Deux albums, un livre-audio : Herbauts, Ramos, Lobel

Image
Matin Minet, comme son nom l’indique est un chat qui vit dans une maison perchée dans un arbre. Il n’est pas seul car il héberge Hadek qui, lui, est un charançon, ce que vous ne pouviez pas deviner. Nous sommes en hiver et nos deux amis, bien au chaud chez eux, n’ont pas l’intention de sortir. À l’intérieur est donc logiquement le nom de ce nouvel album d’Anne Herbauts, une autrice-illustratrice belge, publié chez Pastel. Confinés chez eux par le froid, nos deux compères pourraient s’ennuyer. C’est la lecture qui va les sauver. En somme, À l’intérieur est un double éloge, de l’hiver et du livre, sous le regard d’un petit rouge-gorge auquel nos amis n’oublient pas de donner quelques graines pour l’aider à affronter la neige qui recouvre tout. Matin Minet et Hadek n’oublient pas non plus d’échanger leurs lectures et finissent pas s’endormir et c’est la fin d’une histoire simple qui enchantera les petits et les grands. À l’intérieur est la troisième aventure de Matin Minet publiée  par